Accueil
Le chat médecin
Au revoir Cavanna
Appel au Secours
Fonds de dotation
Le cri du coeur
Un don Via PayPal
La maison qui miaule
On déménage!!
L'histoire en image
Coup de gueule
Protection animale
Un jour particulier?
Moi et... mon chat
Devenir adhérent
Nous contacter
Pour nous aider
Nos vétérinaires
Galerie photo
Galerie de portraits

 

 

 

L’année 2009 a été marquée par de gros bouleversements, En effet, depuis le temps que nous y songions, nous avons déménagé. Et nous sommes dans l’Yonne.

Nous avions trouvé une maison avec 8 000m² de terrain, ce qui nous donnait la possibilité de faire un bel emplacement pour nos amis.

Soit 5 chalets de 16m² chacun, le tout entouré d’un grand enclos et le tout surmonté d’un filet.

Mais nous n’avions pas compté sur la mentalité de ce coin – Une horreur !

Pour des agriculteurs-chasseurs-conseillers-municipaux, nous ne sommes pas « politiquement correct ». Ils ont essayé de faire signer une pétition pour dénoncer les « odeurs », mais ils n’ont pas eu un grand succès !

Au mois de juillet, voyant les arrêtés municipaux qui pleuvaient sur nous, nous nous sommes décidés à alerter la presse régionale. La première journaliste qui est venue est restée ébahie devant nos constructions. D’ailleurs elle a comparé l’ensemble au « Club-Med » !
Ici on ne traite pas les animaux avec autant d’élégance.

Les grandes associations ont été prévenues par plusieurs de nos connaissances. Une seule a bougé ! Bien sûr, Brigitte Bardot. Elle a écrit à Madame le Maire, à la presse, elle nous a téléphoné pour nous dire qu’elle ne nous lâcherait pas. Quelle différence avec les associations, soit disant « d’utilité publique » dont le seul souci n’est pas de sauver des animaux, mais uniquement leur tiroir-caisse.

Voyant l’attitude de Brigitte Bardot, FR3 Bourgogne est venue faire un reportage, Tous les médias sont en notre faveur. N’empêche que notre chère Maire a déposé plainte contre nous. Nous sommes passés au Pénal le 26 novembre 2009 et nous avons bénéficié d’une dispense de peine mais condamnés à 1€ symbolique à verser à la commune ainsi que de payer les frais de justice d’un montant de 1 500€.

Vraiment, cette municipalité n’a honte de rien. Bien entendu, tout cela a un coût, Il a fallu prendre deux avocats au cas par cas. Pour chaque arrêté municipal un recours au tribunal administratif a été effectué et puis la correctionnel repoussé à deux reprises et malheureusement pas pour nous défendre au mieux de nos intérêts.

Le Préfet a pris les choses en main et a organisé une réunion en Sous-préfecture avec tous les services de l’Etat concernés par cette "affaire", et le 12 novembre il nous a accordé le Permis de Construire.

Il faut dire qu'entre les médias, les courriers envoyés au Maire et à la Préfecture, les pétitions manuscrites et sur Internet (1 800 signatures) le Préfet a voulu mettre un terme à cette histoire qui entache le département par le ridicule et surtout la bêtise qui ressort de ce non-évènement. C'est vraiment Clochemerle. Il faut préciser que dans cette commune de 600 âmes ou on ne trouve ni épicerie, ni café, au Conseil Municipal, ils n'ont pas de grands sujets à débattre. Pour eux c'est l'événement du siècle !

Et pour la Maire, élue depuis près de deux ans, c'est une façon de montrer son pouvoir, elle devait en rêver depuis si longtemps, elle, qui pendant des années n’a été que secrétaire de mairie !

Les chats se sont bien adaptés et curieusement très rapidement. Les 5 chalets sont agencés comme leur lieu de vie à Saint Ouen, lits, paniers, chauffage, enfin tout le confort.

Nous avons 6 employés sous contrat aidés par l’Etat (CAE) qui tournent tous les jours, de 8h à 20 h. Trois personnes ont été formées pour prodiguer les soins. Question vétérinaire, après étude du marché local, nous avons préféré continuer à garder la clinique vétérinaire du Docteur Attali à Paris dans le 17ème. Donc chaque semaine, nous amenons et ramenons ceux qui nécessitent une visite.

Nous avons la chance que Madame Deprez, qui était restée en tant que salarié 10 ans avec nous, vienne tous les 3 mois et reste plusieurs semaines pour s'occuper de nos amis. Ils sont toujours ravis de la revoir et réciproquement.

Nous vous tiendrons au courant de la suite que nous réserve Mme le Maire, soit par courrier (pour ceux qui nous enverrons un don) soit par courriel ou sur internet, car nous somme persuadés qu’elle ne va pas s’arrêter la.

A tous un grand merci, vous savez, cette bataille a été rude et nous a pris, en plus de l’argent, beaucoup de temps et d’énergie. Mais le principal, c’est que nous avons gagné pour eux !

L'histoire en images

1993 - 2018
secours-felin@outlook.fr
Google+